LA PROGRESSION: Les facteurs à maitriser
 

Commençons par le début, et quelques rappels importants.

Nous ne sommes pas tous égaux. Nous avons un système hormonal différents, une expression des gènes différents, nous avons une vitesse métabolique différentes... un système digestif différents, un stress/environnement/travail/repos, différents... Et la liste est encore longue.


Nous avons tous une vitesse de progression différentes en rapport à tous ces facteurs. L'objectif est de trouver a quel vitesse nous sommes capable d'aller le plus vite!

Maintenant, pour progresser il faut faire attention a 4 éléments qu'on peut contrôler!

A savoir:
1/ LE MENTAL
2/ LA NUTRITION
3/ L’ENTRAÎNEMENT
4/ Le REPOS

 

LE MENTAL 

 

Le MENTAL est ta capacité d'abstraction au chose qui n'ont pas d'importance. A savoir rester calme, et avoir une bonne vision générale.Ton mode de vie influx directement sur tes pensées, alors il ne faut pas avoir peur à faire le ménage...
La méditation est un moyen EFFICACE de se recentrer, et éliminer les éléments perturbateur, car nous sommes plus capable de les analyser.


Ainsi ton corps fonctionne bien, car tu es bien dans ta tête, et  tes pensées.
Mais cela n'est possible que si ton alimentation est SAINE.

 


L'ALIMENTATION

 

Couverture

Couverture


L'ALIMENTATION a une action directe sur tes neurotransmetteur qui vont interagir partout dans ton corps. Donc si tu ne donnes pas les bon aliments, voir pire des aliments nocifs a ton corps... il ne peut chimiquement pas bien fonctionné, et tu auras beau travailler ton mental, rien n'y fera.

Couverture



L'alimentation a un second rôle, celui de la santé, en amenant des éléments protecteur à ton corps à travers des légumes, fruits, épices, herbes, qui sont donc ESSENTIELS.
 

Couverture

Lorsqu'on parle de prise de masse, ou bien de sèche, il s'agit de modulation sur l'apport calorique journalier.

Un apport massive, et exagérer en calorie aura pour effet une hyperplasie des adipocytes, c'est à dire une MULTIPLICATION.

Si nous sommes en vie, c'est grâce à l'extraordinaire capacité du corps à stocker l’Énergie. ( Le corps stock l’énergie en glycogène et adipocytes)

Si l'apport n'est pas suffisant, alors il devra puiser dans ses réserves, lipolyse, glycolyse, protéolyse. Quoi qu'il en soit, l'organisme sera en catabolisme.

L'idéal est de travailler en rapport à nos besoins (BEJ vitesse métabolique et activités quotidienne), en lui apportant suffisamment d'aliments sains, et en quantités suffisantes afin qu'il ai les capacités suffisantes à se régénérer et créer de nouveaux tissu. Ici ce qui nous intéresse est bien sur la fibre musculaire.
 





Ce qui nous amène à un dernier point... L’ENTRAÎNEMENT!

Nous avons une répartition plutôt homogène des types de fibres musculaire. Ce qui ne veut pas dire que nous devons tous nous entraîner de la même façon. En effet une personnes plutôt élancé (longiligne) aura des difficultés sur des exercices de force, du au grand levier qu'il doit effectuer, et une personnes bréviligne sera avantager par ses petits levier.

 



Au delà de cet aspect morphologique, nous n'avons pas tous le même niveau, les mêmes capacités à encaisser un volume d’entraînement. Selon nos réserves du jour (glycogène, repos, sommeil, niveau nerveux) nous serons pas capable d'effectuer les mêmes séances, a intensité équivalente.
Alors comment savoir ce qui nous va?
Il faut être à l’écoute de son corps.
Il faut faire les choses avec plaisir, et envie.
Il faut aimer ce que l'on fait, et être curieux d'apprendre, et d'explorer.

 


Les jours ou nous sommes fort, grâce aux différents paramètres cité plus haut, nous devrons naturellement poussé aussi lourd, avec forme, et régularité, chacune des répétitions des séries que compose notre entraînements.

Le fait de varier les tempos, les charges, les temps de repos, demandent à l'organisme une adaptation!
 



Mais cette adaptation n'est possible que ... via le REPOS!

Lors de la phase d’entraînement, notre corps subi plusieurs changement physiologique plus ou moins importants selon: La boisson utilisé, le temps de la séance, le stress autour de la séance, l'apport alimentaire, le volume d’entraînement qui est différent du temps ou on associe, le tonnage, avec l'intensité!


Ce n'est donc pas pendant l’entraînement que le corps fabrique le muscle... C'est pendant le REPOS!
 


Le repos peut être mi en place de plusieurs façon.
Soit avec des heures fixes de repos ( sommeil la nuit ) en faisant attention à se coucher tôt pour ne pas dérégler l'horloge interne qui permet au corps de sécrété des hormones spécifiques.
Soit par de petites siestes, récupératrices.

 

Le PHÉNOMÈNE DE SURCOMPENSATION
Quand on applique une charge d’entraînement à l’organisme, celui-ci met en place des mécanismes dont l’objectif est de recouvrer l’état initial.
Néanmoins, il faut que la sollicitation soit suffisamment intense pour que ces mécanismes puissent être initiés.
Lorsqu’elle est proche des capacités maximales de la qualité physique visée, les mécanismes
de récupération permettent d’atteindre un niveau supérieur à celui que le sujet avait avant
l’exercice. C’est la surcompensation... Sommeil récupérateur


Le but est donc de mettre le corps un maximum au repos pour qu'il est les capacités maximal de RECUPERATION.
 

 

Retour à l'accueil